Bassin d’Arcachon, enfouissons les derniers stigmates de la Seconde Guerre

Bunker marin à la Pointe du Cap-Ferret ©
Bunker marin à la Pointe du Cap-Ferret ©

En parcourant la plage de la Pointe du Cap-Ferret, on y découvre ces vestiges enlisés, ces forteresses autrefois juchées sur les dunes. Les coquillages s’y abritent et des floraisons de petites moules se dessinent en grappes sur les tranches caillouteuses de ces constructions auxquelles la population locale a autrefois participé.

L’édification de ces monticules qui s’étalent sous les vagues soulève encore une gêne chez les personnes qui ont contribué à l’édification de ces bunkers. Engagés de force durant le S.T.O. ou parfois engagés volontaires, les anciens témoignent à visage découvert, racontant comment ils rajoutaient du sable au béton pour les rendre moins solides ou comment les Allemands étaient au fond assez « sympathiques ». Impossible de juger une époque, sans comprendre que la population vivait au contact des soldats allemands venus se reposer au Cap-Ferret après avoir combattu sur le front de l’Est. Les mois puis les années s’écoulaient et les Ferret-capiens avaient fini par se persuader que l’occupant allait s’installer durablement. Fils et filles de pêcheurs et d’artisans n’avaient que peu ou pas de contact avec la résistance, seuls quelques-uns réussissaient à faire sortir des bribes d’informations, des cartes, mais l’essentiel de la population subissait et tentait de survivre quand une poignée collaborait allègrement. Continuer de lire « Bassin d’Arcachon, enfouissons les derniers stigmates de la Seconde Guerre »

Publicités