Nuit lydienne

Photography Laurent Monserrat

Je parcourais la ville,

Longeant les bars où piétinaient les chaises vides,

Grattant les tables impropres,

Auxquelles j’accolais mes coudes.

 

J’avais vu le visage de la nuit

Paraissant s’extraire de nulle part,

S’accolant aux murs poreux,

Ou à l’une de ces enseignes fluorescentes.

Continuer de lire « Nuit lydienne »

Publicités

La liberté des interstices

Figurer un homme derrière des barreaux, c’est implicitement l’enfermer, le priver de toute liberté de mouvement. L’homme inscrit dans cette perspective, se fige derrière un rideau de fer et renvoie à toute une conception de l’enfermement où le corps endure la faute, où le corps subit la pénitence, se dégrade, s’avilit dans sa cage de fer. Figurer un chat derrière des barreaux, c’est constituer la … Continuer de lire La liberté des interstices

Le jeu de la Ve République : du totem télévisuel au prophète présidentiel

Capture d’écran 2017-03-26 à 14.24.18.png
Entre Questions pour un Champion et l’émission politique de TF1 consacrée au débat pour les élections présidentielles, seules les teintes diffèrent.

Il est intéressant de voir la perception des enfants face aux élections qui occupent l’espace médiatique, des enfants confrontés à l’écoute quotidienne du totem télévisuel qui trône au centre même du salon. Les enfants s’énervent, reprennent le discours des parents sans comprendre et cherchent malgré tout à savoir ce qui relève du bien et du mal et qui, dans ces forces antagonistes, l’emportera lors de la bataille finale. La perception s’avère trouble et troublée par un espace médiatique qui aborde peu ou pas du tout, la vie des citoyens français. On entend des sujets généralistes, des affaires politiques, de la corruption devenue monnaie courante en France, et ce depuis des décennies et la vie des Français se réduit avec les candidats à la présidentielle à des échanges de bons mots qui n’ont aucune connexion avec le réel.  Continuer de lire « Le jeu de la Ve République : du totem télévisuel au prophète présidentiel »

A travers la caducité des arbres

shadowy-silhouetteEn traversant en plein hiver la forêt,

On se surprend à s’éprendre des arbres dépouillés,

Ces arbres à la musculature jaillissante,

Qui fixant le ciel témoignent d’une force persistante.

En traversant en plein hiver la forêt,

On se surprend à aimer,

Entre la terre et le ciel, le dénuement,

Dans ce sensible écoulement,

De la lumière enchevêtrée Continuer de lire « A travers la caducité des arbres »

Francesca Woodman ou les raisons d’une fascination

L’exposition proposée par la galerie Azzedine Alaïa « Entre l’art et la mode : la collection Carla Sozzani », présente près de deux cents clichés de photographes, dont une dizaine de l’artiste Francesca Woodman.

007-francesca-woodman-on-being-an-angel-1-providence-rhode-island-1977-george-and-betty-woodman-728x897

J’ai longtemps hésité à écrire sur cette photographe, tant les interprétations sont nombreuses et les avis divergent. Mais je reconnais m’être agacé devant certains articles présentant l’ensemble de son œuvre au travers du prisme tragique de sa mort. Savoir qu’une jeune femme de seulement vingt-deux ans s’est jetée depuis un immeuble est pour le moins perturbant, mais tout ne saurait se lire à partir de cette tragédie.

Continuer de lire « Francesca Woodman ou les raisons d’une fascination »

Herb Ritts, l’incandescent

herb-ritts-drew-barrymoreL’exposition Herb Ritts proposée par la Maison européenne de la photographie offre un étage entier à cet artiste largement diffusé dans la presse féminine. En effet, les photos de Herb Ritts avec ses clichés de top models et d’acteurs hollywoodiens ont trop souvent consacré ce fils d’industriel en photographe des stars. Même si Herb Ritts s’est fait connaître grâce à ses photos prises sur le vif de Richard Gere, il n’en demeure pas moins que son style lui est propre et qu’il a su magnifier un art de la lumière comme seuls les plus grands en détiennent le secret.

Herb Ritts est allé à l’encontre des enseignements en matière de photographie en usant de la lumière quand celle-ci est au sommet de son astre et devient la plus puissante et la plus écrasante. Le photographe américain a en quelque sorte transposé dans un cadre naturel, le travail de la lumière effectué en studio, herb-ritts-versace-dress-el-mirage-1990et obtient un détachement magistral de l’objet. Les corps paraissent sur des aplats lactescents et se cristallisent dans la blancheur de la brûlure californienne. On appréciera aussi les effets de voile, de tenture qui permettent au corps de se découper dans l’incandescence des espaces désertiques.
Continuer de lire « Herb Ritts, l’incandescent »

Saint Werner figure malheureuse d’un blanc-seing antisémite

bacharach chapelle de saint Werner-smallLe Rhin demeure ce fleuve aux aspects féodaux, républicains et impériaux, selon Victor Hugo(1) ce fleuve aux prises avec d’anciennes batailles, dont les nombreux châteaux sont les derniers témoins. Les menaces d’attaques ne sont désormais plus que des rocs en forme de casque et des navires emplis de touristes aux yeux pacifistes. Les ruines nous observent avec douceur et le fleuve ample n’entend plus la rive gauche proclamer la haine des envahisseurs français face au mépris des Allemands pour leur général corse. Le Rhin s’élève dans l’étendue de ses falaises qui le bordent et fixe à jamais, sous ces ciels argentés, la poésie de ceux qui l’ont contemplé. Chaque village entre Mayence et Coblence, ressemble à un havre de paix où se confond l’histoire dans les ruelles moyenâgeuses, où les époques se mélangent aux maisons à colombage et aux beaux encorbellements. Les anciennes murailles de pierre qui protégeaient les villageois se sont transformées en ligne où se posent les nouvelles habitations, l’ancien chemin de ronde est devenu un lieu de promenade où l’on échange courtoisement. La voie de chemin de fer passe au plus près de cette ceinture de pierre et salue le Rhin à la nuit tombante avec son œil de cyclope au-devant de sa locomotive.

Continuer de lire « Saint Werner figure malheureuse d’un blanc-seing antisémite »

L’âme du cerisier japonais

Se poser sous un cerisier japonais pour en absorber la lumière, l’intensité de ses fleurs, ses pétales qui se perdent à même le sol et tapissent la route. Se poser entre les rais du soleil pour y chercher ce que cet arbre peut nous dire dans un espace géographique qui ne lui appartient pas, dans un espace géographique où l’homme se sert de son déracinement … Continuer de lire L’âme du cerisier japonais